« La Fédération Nationale de l’Habillement (FNH) dit NON à cette troisième édition des FRENCH DAYS ! "

  • 131
Si les cyber-commerçants utilisent exclusivement les réseaux sociaux et médias dans leur processus de vente, ce n’est pas le cas du secteur de l'habillement et du textile, et les distributeurs indépendants ne souhaitent pas créer les conditions d’un événement annuel aussi récurrent et attendu que le Black Friday !

Dans ce contexte, nous regrettons que des marques contribuent à cette « actualité » au mépris de la distribution physique, surajoutant cet épisode à un calendrier promotionnel déjà très riche en la matière, qui appauvrit et menace de plus en plus le commerce physique !

La FNH dénonce, une fois encore, le fonctionnement mortifère de ce secteur de la mode qui paupérise les salariés, conduit bien trop souvent à des défaillances d’entreprises et à des plans sociaux, pour un coût final assumé par le client lui-même au travers de ses impôts ! Ce fonctionnement participe à la fracture sociale et territoriale que nous en connaissons en France et qui s’étend à tout l’Europe. Le client se retrouve doublement impacté, trompé par des prix artificiellement gonflés et contraint de soutenir une économie qui flanche.

C’est une politique déloyale et une vision à court terme qui déstabilise le circuit de distribution classique alors que les distributeurs n’ont pas encore écoulé leurs stocks. Nous rappelons que nous sommes en dehors des périodes de soldes et que les vraies bonnes affaires restent très rares, surtout pour des articles de qualité. Les ventes à perte ne sont pas autorisées et un commerçant ne peut rogner que sur sa marge. 

Pour la FNH, au-delà des préoccupations environnementales et sociétales, le véritable défi est donc d’inventer un modèle économique responsable et vertueux qui répartisse différemment la marge entre clients, distributeurs et fournisseurs. C’est un enjeu majeur pour l’avenir de tous les acteurs français et européens de la filière habillement-textile et une réponse pérenne aux arbitrages des acheteurs qui souhaitent « consommer moins ou autant mais mieux » !