A 15 jours de Noël, les entreprises du secteur textile et de l'habillement se meurent !

  • 56

A 15 jours de Noël, les entreprises du secteur textile et de l'habillement se meurent ! 

 Nouvellement élu président de la Fédération Nationale de l’Habillement, je ne peux que constater, avec un fort sentiment de colère, la paralysie d’un gouvernement face à la réalité cruelle de la vie des français depuis bien des années maintenant. En tant que commerçants, nous sommes les mieux placés pour connaître ce désarroi et écouter ce que nous disent nos clients, qui depuis maintenant 3 semaines, désertent nos boutiques soit pour aller manifester leur mal-être, soit par peur de lendemains guerriers.

 Tous les choix économiques et fiscaux du gouvernement ne peuvent avoir de sens que par une prise de conscience forte de la gravité absolue de la situation des pour les 45 000 boutiques et les 90 000 emplois de notre branche habillement textile. 

 Beaucoup de nos TPE se trouvent aujourd'hui en rupture de trésorerie, sans solution pour faire face à leurs échéances, potentiellement en cessation de paiement et nous craignons de nombreux dépôt de bilan dans les semaines à venir. Nous constatons déjà une incidence sur l'emploi, puisque les renforts de nos équipes de vente pour Noël sont déjà suspendus ou annulés. Toutes les mesures envisagées (TVA, CICE, Chômage partiel, prêt en renforcement de trésorerie...), si je n’en conteste pas la valeur, ne conviennent pas à nos TPE, qui n'ont ni le temps, ni les moyens de les mettre en place. Quant à la bienveillance des réseaux bancaires, auxquels notre Ministre de l’Economie fait référence, nous n’en avons pas encore la preuve sonnante et trébuchante.

 Cette urgence économique et sociale, le commerce indépendant du textile et de l'habillement, la connait bien, à la croisée des chemins de l'économie humaine et territoriale. Il est le premier et le dernier acteur majeur de la qualité de vie, de l'économie de proximité et de l'emploi local. Ne l'oublions pas. C'est aussi le sens du combat de la FNH pour le commerce indépendant de centre-ville depuis 2014, avec les 58 propositions qu’elle a faites dans son Plan Marshall. Combien d’années passées à faire prendre conscience de ces fractures sociales et territoriales pour en arriver là. Si le Plan Action Cœur de Ville a enfin été mis en place par le gouvernement, il n’y a pas encore aujourd’hui d’actions concrètes qui permettent aux commerçants d’espérer des jours meilleurs dans leurs centres-villes.

Dans un monde en profonde mutation, le gouvernement doit aussi s’interroger sur le principe de l’équité entre les différents types d’entreprises et de commerces, car cette actualité brulante montre avec force et rage que c’est la conception même de notre économie, de notre société, de la structuration de notre bien vivre ensemble qui sont en jeu.