Lettre du Président de la FNH à la Secrétaire d'Etat au Commerce

  • 3397

Madame la Ministre,

Tout d’abord, je tenais à remercier vos services pour le soutien apporté aux fédérations et aux entreprises en grandes difficulté, tout en espérant que vous-même, vos proches et vos collaborateurs êtes en bonne santé.

Je me permets de vous contacter suite à la réunion téléphonique de lundi, car de nombreux sujets restent encore en suspens et la santé économique de nos entreprises en dépendent.

En effet, plusieurs mesures peuvent encore être envisagées, pour le commerce indépendant, qui permettraient aux entreprises de redémarrer leur activité dans d’assez bonnes conditions. Elles auraient un double impact très positif : non seulement elles représenteraient un signal politique fort de la part de l’Etat, sans lui demander en contrepartie d’effort financier supplémentaire.

 A la reprise, l’activité tournera au ralenti et ne se fera que très progressivement jusqu’au quatrième trimestre dans l’habillement et du textile :

  • La Chine est au centre du jeu et la figure emblématique de l’industrie textile. Son intégration est particulièrement élevée et la part de la valeur ajoutée du « made in China » représente près de 40%. Or, à ce jour, moins de 50% des sites de production ont repris leur activité. Inévitablement, des retards de production et de livraison compromettent déjà la collection d’automne-hiver 2020 et cette nouvelle onde de choc économique sera redoutable faute de temps pour trouver une solution de substitution.
  • La reprise commerciale en Asie est extrêmement lente alors même que la collection est disponible et en phase avec la saison. Dans ces conditions favorables, les enseignes faisaient état d’une réouverture en baisse d’activité de l’ordre de -70%. A ce jour, l’activité est toujours en recul d’environ 50% par rapport à l’année dernière. Sur la base de ce modèle commercial favorable, le retour à un niveau « normal » d’activité en Chine demandera environ 4 mois, après la réouverture des points de vente !

 Lorsqu’interviendra la réouverture sur notre territoire, probablement début juin, nous ferons alors face à un inévitable choc de consommation lié à la perte de salaire, au déconfinement et à ses conséquences familiales. Si votre Ministère décidait dans ces conditions exceptionnelles de maintenir la date des Soldes au 24 juin, nous disposerions de deux semaines tout au plus pour espérer écouler au juste prix nos collections printemps-été. Dans ce scénario, il faut intégrer l’extrême tentation mercantile des grands acteurs du commerce (pure-player, grands magasins, marques d’enseignes…), qui consacreront alors tous leurs moyens promotionnels pour faire repartir la distribution. A défaut de mesures fortes, de nombreux commerces indépendants de toute taille fermeront définitivement leurs portes dans les six prochains mois avec de très nombreuses conséquences sur les territoires.

 En prévision de la réunion de concertation sur les commerces non-alimentaires que j’ai demandée publiquement lundi à Monsieur le Ministre Bruno Le Maire, je vous fais part des demandes suivantes :

 ·                Interdire la publicité sur les rabais dès la reprise afin d’éviter une surenchère promotionnelle.  Nous souhaiterions appeler solennellement tous les acteurs du commerce (en particulier les pure-players - FEVAD) à prendre un engagement citoyen, solidaire, vertueux et surtout responsable pour créer les conditions de la survie de milliers de magasins et d’emplois en évitant de provoquer une guerre des prix. Bien entendu nous ne remettons pas en cause l’ordonnance du 1er décembre 1986.

 ·                Reporter la date des Soldes au plus tôt au 19 août (4 semaines) afin de pouvoir écouler les collections printemps-été dans des conditions économiquement viables et faire face aux inévitables difficultés liées à la production et à la livraison qui ne permettront pas à toutes les marques de compléter leur collection d’ici juillet à septembre. L’Italie, acteur majeur de la mode, vient de décider de reporter ses Soldes en Septembre. La complexité de notre métier doit être prise en compte et les soldes ne peuvent pas reposer sur la croyance absurde qu’elles redonnent du pouvoir d’achat à nos concitoyens français : c’est une tromperie caractérisée qui consiste à conforter la production des vêtements en masse dans des pays pauvres à très bas coûts, de les vendre à des prix surévalués aux consommateurs européens. Cela fait maintenant plus de 10 années, que la filière fonctionne à bon compte, au détriment de nos concitoyens, de l’avenir de la planète et de nos enfants et de l’industrie que vous tentez par tous les moyens de relancer en France. C’est une erreur grave de jugement, les marques qui participent à ce jeu mortifère intégrant dans leurs prix de ventes toutes les réductions qu’elles feront dans l’année. La situation très difficile dans laquelle se trouve la filière textile française et européenne aujourd’hui est le résultat de ces errements. Or vous soutenez un projet de pacte productif pour réindustrialiser la France et les dernières déclarations du Président de la République nous confortent à trouver des alternatives et à nous extirper du moins en partie de notre sino-dépendance.

 ·                Maintenir les mesures d’accompagnement au troisième trimestre car à la reprise, l’activité de fera très progressivement jusqu’à la fin de l’année, notamment pour l’habillement. Nos TPE ne pourront pas plus affronter la reprise sans soutien, qu’elles n’auraient pu affronter la fermeture sans ces mêmes soutiens.

D’autres propositions pourront venir compléter celles-ci et nous vous les présenteront lors de la réunion, qui je l’espère pourra se tenir dans les meilleurs délais.

 Espérant que vous apporterez toute l’attention que méritent ces demandes et restant à votre disposition pour toute question que vous souhaiteriez voir développer, je vous prie d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de mes salutations les plus distinguées.

Une nouvelle conférence téléphonique se tiendra avec le ministre Bruno Le Maire, le Lundi 6 avril à 9h00, à laquelle le Président de la FNH est invité.