Communiqué Présidence Fédérale, le 17 avril 2021

  • 661

Chers collègues, chers adhérents

Comme vous le savez, La Fédération Nationale de l’Habillement, autour de sa nouvelle Présidente Paola Sztostka a renouvelé son équipe depuis peu et œuvre sans relâche à la défense de vos intérêts.

Suite aux demandes spécifiques faites auprès du gouvernement, nous engageons aujourd’hui une forte stratégie de communication.

Les demandes de la Fédération Nationale de l'Habillement doivent répondre à plusieurs problématiques :

Nos charges fixes, les paiements actuels de nos stocks printemps-été 2021 (nos stocks représentant généralement 50% de notre chiffre d’affaires) et les aides d’accompagnement du gouvernement qui restent insuffisantes.

Nos trésoreries sont mises à mal par cette crise sanitaire : le Fond de Solidarité doit être absolument renforcé pour nombre d’entre nous, et reste inopérant pour certains.

Nous tenions à faire avec vous un point de la situation, tenant compte de nos avancées et des demandes toujours en cours :

FOND DE SOLIDARITÉ

Le régime FDS des magasins fermés depuis le 20 mars rejoint celui des restaurateurs, exception faite, et non des moindres, du seuil d'éligibilité, puisqu'il faut avoir enregistré une perte de chiffre d’affaires d’au moins 50% par rapport à mars 2019, ou d'au moins 50% par rapport à la moyenne mensuelle de votre chiffre d’affaires au cours de l’année civile 2019. Il est Important de définir dès à présent votre choix de référence (mois n-2 ou moyenne mensuelle n-2) car celui-ci restera figé par la suite pour le calcul de vos aides) :

Dans la limite de 10 000 € (aide égale au montant de la perte de votre chiffre d’affaires) ou bien, si cela vous est plus favorable, aide égale à 20 % du chiffre d’affaires de référence, plafonnée à 200 000 €.

Mais l’aide reste réduite à 1500 € si la baisse de chiffre d’affaires est comprise entre 20% et 50%, point que nous souhaitons absolument voir évoluer !

Le régime FDS projeté pour Avril 2021 reste similaire ( avec un seuil d’ éligibilité probablement aligné sur une perte de 20% de chiffre d’affaire en raison de la fermeture totale de nos commerces)


Une demande spécifique a été faite concernant le renforcement de notre Fond de Solidarité :

Concernant les mois de fermetures administratives antérieures :

  • Nous demandons un FDS jusqu'à 10 000€ ou l’option de 30% à 35 % du chiffre d'affaires, si plus favorable, sans seuil d'éligibilité. 

Concernant les mois d’ouverture pendant la crise sanitaire :

  • Nous demandons un FDS à hauteur de 20% du chiffre d'affaires si une perte supérieure à -30% du chiffre d’affaire de référence 2019.

En effet, seule une aide FDS bien calibrée, assujettie à la perte du chiffre d’affaire en termes de pourcentages, pourra permettre aux gérants de plusieurs boutiques sous une seule entreprise, d’obtenir cette aide pour l’ensemble de leurs commerces et non plus un montant fixe à diviser par le nombre d’établissements secondaires.

Sachant que la perspective de mesures plus favorables s’amenuise au fur et à mesure que se profile la fin de la crise sanitaire, c’est cette condition de seuil de chiffre d’affaires rendant éligible à la prise en charge d’un % du CA qui constitue l’axe principal de nos demandes. 

STOCKS

L’aide aux stocks attribuée par le gouvernement convient surtout aux dirigeants de petites structures :
Elle représente 80% du Fond De Solidarité que vous avez obtenu en Novembre 2020, soit 8000 euros ou moins, suivant le montant de l’aide encaissée alors.
Elle vient en plus du Fond de Solidarité de Mars ou Avril, suivant les cas, et vous pourrez la réclamer très prochainement sur votre espace gouv.fr

Cependant, cette aide reste insuffisante pour des commerçants ayant des volumes d'achats importants.

Pensons aussi à ceux d'entre nous ayant des stocks très importants tels que les commerces situés dans les zones touristiques, les zones touristiques internationales ou encore les commerces de montagne où la fréquentation de décembre a été quasi-nulle avec une baisse de fréquentation comprise entre 70% et 80%.

DETTES SOCIALES DES TNS

  • Nous demandons l'exonération des cotisations sociales pour les travailleurs non-salariés concernant toute la période de la crise sanitaire.
     
  • Nous demandons de regrouper l’ensemble des dettes en une dette globale et la lisser sur 10 ans.


LOYERS

Le loyer est un des coûts fixes les plus importants pour nos commerces. Bruno Le Maire a annoncé le 24 février 2021 que les loyers des commerces seraient pris en charge par le Gouvernement. Il semble que cette prise en charge soit complexe à mettre en œuvre.

  • Nous demandons au Gouvernement que son engagement en matière de loyers se concrétise rapidement et qu’il puisse concerner sans conditions nos commerces indépendants.


PGE

  • Nous demandons à ce que le gouvernement étudie sérieusement le dispositif d’annulation partielle ou totale des dettes bancaires liées aux PGE, en privilégiant les entreprises se retrouvant dans l’incapacité financière de rembourser.

  • Nous demandons à décaler le début de remboursement des PGE à 2023, différer les remboursements sur au moins 8 ans avec un différé d’amortissement de 24 mois. 


CONGÉS PAYÉS

Nos commerces ont des difficultés à faire face aux congés accumulés pendant les confinements.

  • Nous demandons à pouvoir bénéficier, comme d’autres secteurs, d’une prise en charge par l’État de tous jours de congés payés acquis pendant les trois périodes de fermetures administratives.

Dernièrement, le Président de la République, Emmanuel Macron, a réuni une partie des ministres à l’Élysée pour évoquer la fin des restrictions, sans pour autant apporter des réponses à nos demandes de réouverture.

  • Nous demandons avec la plus grande fermeté la réouverture de tous nos points de ventes, afin de pouvoir à nouveau travailler.

Toutefois le virus continue de circuler activement dans le pays, et nous n’avons toujours aucune certitude de date fixée pour les réouvertures de nos commerces.

Nous restons fermes auprès du gouvernement, dans nos demandes d’accompagnements économiques et financiers, afin d’encadrer du mieux que nous le pourrons une sortie de crise que nous nous souhaitons la plus proche possible.

Votre dévouée,

Paola SZOSTKA

Présidente Fédérale